L’actualité

Nos archives

FLASH INFO : HAS et épilepsie

30/11/2020

Publication par la HAS des recommandations de bonne pratique pour la prise en charge de l’épilepsie

A partir de 2015 la FFRE a coordonné une Task Force Epilepsie – réunissant l’ensemble des acteurs concernés par la pathologie – et obtenu avec ces actions le travail sur la création de deux nouveaux actes EEG, l’élaboration d’un livret d’accueil pour les enfants avec épilepsie par l’Education Nationale et la création d’un groupe de travail parcours de soins avec la CNAMTS, suivi de recommandations émises par celle-ci. 

Nouvelle étape de ces actions, à la suite de la demande de la FFRE, de la Société Française de Neurologie Pédiatrique (SFNP) et de la Ligue Française contre l’Epilepsie (LFCE), la HAS (Haute Autorité de Santé) a publié des recommandations de bonne pratique (RBP) pour la prise en charge initiale et le suivi des patients ayant une épilepsie, recommandations qui s’adressent aux praticiens.   

L’ensemble de ces recommandations sont à retrouver ci-dessous en téléchargement:

>> Épilepsies : Prise en charge des enfants et des adultes, Recommander les bonnes pratiques

>> Épilepsies : Prise en charge des enfants et des adultes, Méthode Recommandations pour la pratique clinique – Argumentaire scintifique

>> Épilepsies : Particularités de la prise en charge des filles et des femmes en âge de procréer

>> Épilepsies : Analyse présentée par question

et sur le site de l’HAS.

Pour les personnes ayant des manifestations cliniques évocatrices d’épilepsie, l’enjeu de la prise en charge recommandée par l’HAS est : 

  • concernant le diagnostic : de s’assurer qu’il s’agit bien d’une crise d’épilepsie non occasionnelle et de confirmer le diagnostic d’épilepsie
  • d’identifier les troubles éventuellement associés (en particulier les troubles psychiatriques et les troubles neuropsychologiques) ; 
  • de mettre en place un suivi approprié, considérant l’épilepsie comme une maladie chronique, dans le but d’améliorer la qualité de vie des patients, de réduire les conséquences médicales et sociales (le moins d'effets indésirables possible, diminuer le nombre d’accidents évitables, moins d’arrêts de travail, moins d’hospitalisations en psychiatrie, moins d’exclusion des ESSMS) ; 
  • éventuellement, de prescrire un traitement adapté. 

Les enjeux d’une amélioration des pratiques professionnelles sont une réduction de la mortalité évitable, une meilleure intégration scolaire et professionnelle, une diminution des handicaps et des incapacités par des traitements plus adaptés, la prévention de la tératogénicité

Ces enjeux passent par une meilleure organisation des soins et par une meilleure information des patients et des co-acteurs du suivi