PURPLE DAY 2019
Notre objectif : 600 000 € pour 600 000 patients
13 211 € déjà collectés contre l’épilepsie, merci.
109 donateurs
3%
600 000 €
Je fais un don

Notre soutien à la recherche

Nos dernières actualités

MicroARN circulants comme biomarqueurs de la dysfonction respiratoire chez les patients atteints d’épilepsie réfractaire

26/09/2018

 

PROJET DE RECHERCHE CLINIQUE Sylvain RHEIMS // 67 815 €
 

Chercheur RheimsService de neurologie fonctionnelle et épileptologie, Hospices Civils de Lyon, Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon

 

 1/ En quoi consiste le projet pour lequel vous avez obtenu le financement de la FFRE ?
La mort subite et inattendue dans l’épilepsie (SUDEP*) représente un problème majeur chez les patients épileptiques. Cibler le dysfonctionnement respiratoire lié aux crises est actuellement considéré comme la stratégie la plus pertinente pour développer de nouvelles approches thérapeutiques et identifier les patients à haut risque de SUDEP.
Les microARN (miARN) sont une classe de petites molécules d’ARN, cruciales pour la régulation des gènes. Grâce à leur stabilité dans le sang, les miARN circulants peuvent être utilisés comme outils de diagnostic. L’objectif est d’identifier des marqueurs miARN circulants spécifiques de la dysfonction respiratoire liée aux crises d’épilepsie afin d’individualiser les patients présentant un risque élevé de SUDEP.
 

* SUDEP : sudden unexplained death in epilepsy (mort subite d’origine inexpliquée dans l’épilepsie)

 

2/ En quoi ce projet peut-il améliorer la vie des patients, et dans quels délais ?


À l’issue de notre étude, dans deux ans, nous espérons être en mesure d’identifier plus précisément les patients à haut risque de présenter des troubles respiratoires au cours des crises. D’autres études menées en France sur cette thématique pourraient apporter des éléments complémentaires.
La combinaison des résultats permettrait de mieux cibler la prévention des troubles respiratoires liés aux crises chez ces patients.

 

3/ Quelles sont les suites de ce travail et les perspectives possibles ?

 

Si les résultats de notre étude confirment cette hypothèse, l’identification sur la base de l’expression de miARN circulants d’une population présentant un risque beaucoup plus élevé de SUDEP ouvrirait la voie à la mise en place d’essais thérapeutiques spécifiquement ciblés.